Actualités
mardi 19 février 2019
Retrouver ce que parler veut dire… au Théâtre de la Cité Internationale
 
Actualités
lundi 18 février 2019
Un festival-anniversaire pour les 12 ans du Motel
 
Diaporama
vendredi 15 février 2019
L’Escient, gastronomie française aux nuances asiatiques dans le XVIIe
 
Bernadette Chirac
Biographie
Nationalité
Française

Contrairement aux idées reçues, celle que John-Paul Lepers a brillamment appelé « La reine de la République » n'est pas noble. Et non, Bernadette Chirac, née Bernadette Chodron de Courcel, a volé son titre, dont elle n'a pas su, en plus, profiter. Sa famille a bien des origines honorables. Grâce à la Révolution française, plusieurs Chodron s'illustrent dans l'art militaire. On les retrouve aux XIXe siècle : ils sont notaires, diplomates ou industriels. Les Chodron deviennent « Chodron de Courcel » par décret impérial en 1852. La famille se dote d'un joli château à Vigneux-sur-Seine (qui appartient toujours à Bernadette) et d'un blason entièrement fabriqué. Issue de cette famille, Bernadette grandit dans un milieu profondément catholique. Sa mère est sévère, son père est au front. Revenu en 1945, ils s'installent à Paris, et Bernadette est élevée en pension. Poussée par son père, elle entre à l'Institut d'études politiques de l'Université de Paris, mais n'obtient pas son diplôme. Sa vie semblait fichue avant qu'elle ne rencontre Jacques Chirac à Sciences Po, avec qui elle se marie en 1956. Son mari lui permet alors de faire une brèche discrète en politique. Devenue conseillère municipale de Sarran, en Corrèze, elle se hisse au statut de conseillère générale en 1979, poste auquel elle s'accroche jusqu'à aujourd'hui. Son statut de première dame de France, lorsque son mari devient président en 1995, lui confère alors cette noblesse qui lui a toujours manqué. Elle devient « Madâme », Présidente de la Fondation des hôpitaux de France, marraine de l'opération Pièces jaunes et véritable petite infirmière des retraités abandonnés. Mme Politiquement correcte est pourtant rattrapée par son passé. On ne devient pas noble aussi facilement : Bertrand Delanoë la poursuit en 2003 pour les fameux « frais de bouche » des époux Chirac lorsqu'ils logeaient à l'oeil à l'Hôtel de ville. 700 euros par jour, Madame n'a jamais lésiné sur les moyens. Respectable par-dessus tout, celle qui a toujours rêvé des boudoirs de princesse mettra tout en oeuvre pour ne pas déshonorer les illustres origines de sa famille. Point fort : Un mari très puissantPoint faible : Une arrogance toute nobiliaireCarrière

  • Années 50 : Etudiante de l'Institut d'études politiques de Paris
  • 1956 : Mariage avec Jacques Chirac
  • 1971 : Elue au conseil municipal de Sarran, en Corrèze
  • 1977 : Adjointe au maire de Sarran
  • 1979-2009 : Conseillère générale de Corrèze
  • 1990 : Fondatrice et présidente de l'association « Le Pont neuf » afin de favoriser les échanges entre jeunes de pays de l'Est et jeunes Français.
  • 1991 : Présidente du nouveau Festival international de la danse
  • 1994 : Présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris/Hôpitaux de France. Marraine de l'opération « Pièces jaunes », lancée en 1990