Actualités
jeudi 27 juin 2019
Le Cercle des Illusionnistes passe l’été au Théâtre de la Renaissance
 
Diaporama
mercredi 26 juin 2019
Le Relais, la bonne et vertueuse cantine du 11ème
 
Actualités
mercredi 26 juin 2019
L’Orchestre de chambre de Paris investit deux lieux historiques parisiens
 
Claude Zidi
Biographie
Nationalité
Français

Cameraman, il travaille notamment avec Alain Jessua et Claude Chabrol ; chef opérateur, il signe les prises de vues d'Élise ou la Vraie Vie de Michel Drach (1970). Gagman, il tente de concilier la nostalgie des Laurel et Hardy de son enfance et l'impact populaire du « cinéma du samedi soir » dans ses premiers films de metteur en scène : les Bidasses en folie (1971), les Fous du stade (1972), le Grand Bazar (1973), Les bidasses s'en vont en guerre (1974), quatre divertissements médiocres où s'ébattent les Charlots ; La moutarde me monte au nez (id.) et la Course à l'échalote (1975) avec Pierre Richard ; l'Aile ou la Cuisse (1976) et la Zizanie (1978), avec Louis de Funès. Vilipendé par la critique mais plébiscité par un public sensible à l'efficacité de son comique, il devient une des valeurs sûres du box-office français. Il fait tourner Jean-Paul Belmondo dans l'Animal (1977), Jacques Villeret dans Bête mais discipliné (1979), Coluche dans Inspecteur la Bavure (1981) et Banzaï (1983). Son public le suit pour les Sous-doués (1980) mais, alors qu'il semble se satisfaire d'un rôle d'amuseur, il surprend ses détracteurs avec les Ripoux (1984), une uvre plus ambitieuse et plus maîtrisée qui lui permet d'élargir son public et de remporter le César du meilleur film en 1985. Zidi ne parvient guère à convaincre ses plus chauds défenseurs avec les Rois du gag (1985), premier échec commercial d'une carrière qui, jusqu'alors, en comptait bien peu. Il réalise ensuite notamment Association de malfaiteurs (1987), Ripoux contre ripoux (1990), la Totale (1991), Astérix et Obélix contre César (1998) et la Boîte (2001).