Actualités
mardi 19 septembre 2017
Le versant street culture de La Défense à découvrir lors de l’Urban Week
 
Actualités
mardi 19 septembre 2017
L’Animation se croque à pleines dents au Théâtre de Ménilmontant
 
Actualités
lundi 18 septembre 2017
Tous au restaurant, 15 jours pour déguster à moitié prix
 
Eugène Ionesco
Biographie
Nationalité
Français
Date de Naissance
26 Novembre 1909

Né le 26 novembre 1909 à Slatina en Roumanie, Eugène Ionesco est le fils d’un avocat roumain et d’une mère française. En 1913, Ionesco déménage avec sa famille en France dans le but de permettre au père de famille de préparer un doctorat de droit et c’est dans une ambiance conjugale très tendue que le couple de parents tente de gérer une situation financière des plus pénibles.

Avec l’éclatement de la première guerre mondiale, en 1917, les deux époux se séparent, autant par choix matrimonial que par obligation géopolitique; le père retourne en Roumanie et la mère demeure en France avec les enfants et travaille dans une usine. Elle se trouve pourtant dans l’obligation de les placer dans un pensionnat (La Chapelle Anthenaise) en Mayenne où ils demeurent durant deux ans (1918 et 1919). En dépit des circonstances familiales et mondiales déplorables, ce séjour laissera un effet et un souvenir positifs et agréables dans l’esprit de Ionesco, en raison, particulièrement, du cadre paisible de l’endroit.

Le procès de divorce de ses parents accorde la garde au père, obligeant le jeune garçon, alors âgé de treize ans, et sa sœur à retourner en Roumanie où il s’applique à apprendre la langue du pays dont il ne connaissait rien. Il y poursuivra de brillantes études secondaires et universitaires (Université de Bucarest) avant de décrocher son diplôme et de devenir professeur de français. Les années trente seront pour lui l’occasion de découvrir la littérature surréaliste et futuriste et de s’attacher à l’école du pessimisme philosophique instaurée par des penseurs tels que Schopenhauer et Spengler. D’orientation d’ores et déjà littéraire, il rédige, dès 1930, plusieurs articles pour la revue de critique littéraire Zodiac, entre autres revues avant-gardistes.

En 1936, le dramaturge épouse une jeune étudiante en philosophie. Particulièrement concerné par les questions relatives à la mort et au péché, il obtient, deux années plus tard (1938), une bourse qui lui permet de fuir avec son épouse la montée du fascisme en Roumanie et venir s’installer en France pour préparer une thèse portant sur les thèmes du péché et de la mort dans la poésie française depuis Baudelaire.

En 1948, ils déménagent à Paris où ils auront leur premier enfant : Marie-France et quatre années plus tard, au moment où le père de Ionesco décède, son fils travaille alors dans l’édition (poste de correcteur dans une imprimerie) et fréquente des écrivains et auteurs tels qu’André Breton, Luis Bunuel, Adamov et Cioran.

C’est finalement en 1950, date à laquelle il est naturalisé français, qu’Eugène Ionesco fait ses débuts de dramaturge en écrivant La Cantatrice chauve qu’il présente au Théâtre des Noctambules. Sous-titrée Anti-pièce et pionnière d’un théâtre basé sur le non-sens satirique et le grotesque métaphysique, la pièce n’aura droit qu’à un accueil, au mieux, mitigé et dérouté pour certains et, au pire, froid et hostile pour les autres.

Ce sera surtout la critique conservatrice qui sera scandalisée par cette toute nouvelle dramaturgie qui rompt avec les bases même du théâtre classique. Ionesco vient, presque à son insu, d’instaurer le Théâtre de l’absurde.

Ionesco, qui pense que « le théâtre peut être le lieu où il semble que quelque chose se passe », persiste et signe, en 1951, avec La Leçon, en dépit des salles qui demeurent aussi vides et de ses nombreux détracteurs qui n’en démordent pas. Mais c’est à cette même période qu’un groupe d’admirateurs se forme autour de lui dont certains critiques tels que Jacques Lemarchand ou Jean Anouilh.

De 1950 à 1980, le dramaturge produit une multitude de pièces qui achèvent de consolider les bases de son œuvre ; Les Chaises (1952), Amédée ou Comment s'en débarrasser (1954), Tueur sans gages (1959), Le roi se meurt et Notes et Contre notes (1962), Macbett (1972), L'Homme aux Valises (1975)…

Mais c’est surtout en 1960 que Ionesco connaît son moment de gloire lorsque Jean-Louis Barrault crée Rhinocéros à l'Odéon. L’auteur, qui déclare que « plutôt que le maître d'école, le critique doit être l'élève de l'œuvre », tient enfin sa revanche et sa consécration tant publique que critique. En 1971, il est reçu à l’Académie Française et finit d’écrire le seul et unique roman de sa carrière ; Le Solitaire. En 1989, la communauté professionnelle du théâtre français lui rend hommage au cours de la Nuit des Molières.

Eugène Ionesco s’éteint à Paris le 28 mars 1994.

Retrouvez Eugène Ionesco dans