Actualités
lundi 25 mars 2019
Retour des Pop Conf’ sur la musique de la péniche La Pop
 
Actualités
lundi 25 mars 2019
Redécouvrir Emil Szittya, glaneur de rêves
 
Diaporama
vendredi 22 mars 2019
Toutânkhamon, pharaon superstar à la Grande Halle de la Villette
 
Jean Yanne
Biographie
Nationalité
Français
Date de Naissance
18 Juillet 1933
Professions
Acteur, Scénariste, Producteur

D'abord journaliste, il se produit au music-hall et à la radio. Il débute à l'écran dans la Vie à l'envers d'Alain Jessua (1964). Remarqué dans Week-end de Godard, en 1967, il apparaît ensuite dans Erotissimo (G. Pirès, 1968), dans Que la bête meure (C. Chabrol, 1969), le Boucher (id., 1970), le Saut de l'ange (Y. Boisset, 1971). Avec Nous ne vieillirons pas ensemble (M. Pialat, id.), il obtient un prix d'interprétation à Cannes. Toujours acteur, il passe à la réalisation en 1972 avec Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil, film d'un ton nouveau, satire virulente et caricaturale des milieux publicitaires des médias qu'il connaît bien. Dans le genre qui vient de lui réussir, il signe bientôt plusieurs films, agressifs, d'une vulgarité volontairement outrée, où certains ont décelé une sorte de « poujadisme intellectuel », dont l'intérêt et les qualités ont bientôt régressé : les Chinois à Paris (1974), Chobizenesse (1975), Je te tiens, tu me tiens par la barbichette (1979), Deux Heures moins le quart avant Jésus-Christ (1982), Liberté, Égalité, Choucroute (1985). Il a poursuivi parallèlement sa carrière d'acteur où il exprime souvent un réel talent sous des défroques très diverses : (Armaguédon, A. Jessua, 1976), la Raison d'État (A. Cayatte, 1978), Hanna K (Costa-Gavras, 1983), le Paltoquet (M. Deville, 1986), Attention, bandits (C. Lelouch, 1987), Merci la vie (Bertrand Blier, 1991), Madame Bovary (C. Chabrol, id.), Indochine (Régis Wargnier, id.), la Sévillane (J.-Ph. Toussaint, 1992), Fausto (Remy Duchemin, 1993), Pétain (J. Marbuf, id.), Regarde les hommes tomber (Jacques Audiard, 1994), le Hussard sur le toit (J.-P. Rappeneau, 1995), le Radeau de la Méduse (Iradj Azimi, 1998), Je règle mon pas sur les pas de mon père (Rémi Waterhouse, 1999).

Retrouvez Jean Yanne dans