Actualités
vendredi 16 août 2019
Les brunchs au fil de l’eau de l’Été du Canal
 
Actualités
mercredi 14 août 2019
L’été s’installe au jardin du Musée du Quai Branly
 
Actualités
vendredi 09 août 2019
Les fantasmagories marionnettiques de Demian Majcen se glissent dans les salons du Musée Jean-Jacques Henner
 
Rainer Werner Fassbinder
Biographie

D'abord homme de théâtre (l'Action Theater, puis l'Anti theater), Rainer Werner Fassbinder réunit autour de lui une troupe qui lui sera fidèle : Ingrid Caven, Hanna Schygulla, ou encore Margit Cartensen. Puis il adapte ses pièces pour le grand écran (Le Bouc, en 1969, notamment). Influencé par la Nouvelle Vague et le cinéma de genre américain, il s'essaie dans un premier temps au film noir, (Le Soldat américain, 1970). Puis il découvre le cinéma mélodramatique de Douglas Sirk : cinéma de la cruauté magnifiée, de la critique sociale sous couvert d'opulence visuelle. Fassbinder s'intéresse aux rapports de force entre hommes, désir et dépendance dans Les Larmes amères de Petra von Kant (1971), opposition de classe dans Le Droit du plus fort (1974). Figure centrale du Nouveau Cinéma Allemand, il met en défaut la société bien pensante, peuplant ses films de marginaux et d'antihéros : Le Marchand des quatre saisons (1972), Je veux seulement qu'on m'aime (1975). Au travers de trois destins de femmes tragiques (une prostituée arriviste dans Lola, une femme allemande, (1981), Le Mariage de Maria Braun (1979), Le secret de Véronika Voss (1982)), il dresse un portrait sans concession de l'Allemagne amnésique d'après-guerre. Il meurt à 37 ans, après avoir achevé pour la télévision l'adaptation du roman d'Alfred Döblin Berlin Alexanderplatz, projet fleuve, véritable « comédie humaine » cinématographique à l'allemande.