Actualités
lundi 16 juillet 2018
La Bohème de Puccini revisitée pour tous
 
Actualités
lundi 16 juillet 2018
Le festival Lollapalooza revient en juillet avec une deuxième édition
 
Actualités
vendredi 13 juillet 2018
14 juillet, 14h, la Comédie-Française, c’est gratuit !
 
Stéphane Braunschweig
Biographie
Nationalité
Français
Date de Naissance
5 Juin 1964

Stéphane Braunschweig est un metteur en scène de théâtre et d’opéra français. Il est né le 5 juin 1964 à Neuilly-sur-Seine.

Sa formation débute par des études de philosophie à l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, puis il intègre en 1987 l’École du Théâtre national de Chaillot pour une durée de trois ans.

Dès sa sortie de cette école, Stéphane Braunschweig fonde sa compagnie, le Théâtre-Machine,****et crée ses premiers spectacles.

Stéphane Braunschweig remporte son premier succès en 1991, quand il présente à Gennevilliers Les Hommes de neige, une trilogie réunissant Woyzeck, Tambours dans la nuit et Don Juan revient de guerre. Les Hommes de neige lui vaut d’obtenir le Prix de la Révélation théâtrale du Syndicat de la critique. En 1992, il enchaîne les mises en scène, montant notamment Ajax de Sophocleet****La Cerisaied’Anton Tchekhov.

Stéphane Braunschweig prend la direction du Centre dramatique national d’Orléans en 1993, succédant à Olivier Py. Il y reste jusqu’en 1998, avant d’être nommé, deux années plus tard, à la direction du Théâtre national de Strasbourg. Il assure alors non seulement la gestion du théâtre, mais également la programmation et le volet pédagogique. Une tâche lourde de sens pour Stéphane Braunschweig, qui estime que « c’est le propre du théâtre que de questionner ce rapport problématique entre le corps et l’esprit ».

En parallèle, Stéphane Braunschweig mène une carrière florissante avec plusieurs mises en scène à son actif : Docteur Faustus d’après Thomas Mann et Le Conte d’hiver de William Shakespeare en 1993 ; Amphitryon de Heinrich Von Kleist présenté au Festival d’Avignon en 1994 ; Franziska de Frank Wedekind et Peer Gynt d’Henrik Ibsen, récompensé par le Syndicat de la Critique en 1995.

À partir de 1997, sa carrière de dramaturge prend un tournant décisif et une dimension internationale, puisqu’il met en scène plusieurs spectacles à l’étranger, notamment Mesure pour mesure de Shakespeare dans le cadre du Festival d’Édimbourg. Il monte également, en 1999, une version italienne du Marchand de Venise pour le compte du Piccolo Teatro de Milan, ainsi que Woyzeck de Georg Büchner au Bayerisches Staatsschauspiel de Munich.

Sa carrière de metteur en scène d’opéra s’avère tout aussi florissante, avec Le Chevalier imaginaire de Philippe Fénelon en 1992, Le Château de Barbe-Bleue de Béla Bartók en 1993, Fidelio de Beethoven en 1995 et La Rosa de Ariadna de Gualtiero Dazzi, présentée au Festival Musica de Strasbourg en 1995. Il monte également Rigoletto de Verdi et La Flûte enchantée de Mozart en 1999, L’affaire Makropoulos deLeos Janacek en 2000, Elektra de Richard Strauss en 2002, puis Wozzeck d’Alban Berg en 2003.

Les créations de Stéphane Braunschweig, tant pour le théâtre que l’opéra, ont fait l’objet de tournées internationales, de Berlin à Jérusalem, en passant par Milan, Venise ou Édimbourg.

Depuis 2006, Stéphane Braunschweig se consacre à la mise en scène de l’œuvre de Wagner, Le Ring, une coproduction entre le Festival d’Aix-en-Provence et le Festival de Pâques de Salzburg qui dure jusqu’en 2010.

À la fin de son mandat en juin 2008, il quitte le Théâtre National de Strasbourg et devient, en janvier 2009, artiste associé au Théâtre de La Colline, dont il ne prendra la direction qu’en janvier 2010, succédant à Alain Françon.

Il ouvre ainsi une nouvelle ère pour cette grande institution en prônant l’innovation au niveau de la programmation, alliant théâtre contemporain et classique.

Stéphane Braunschweig estime en effet que son prédécesseur « faisait une programmation très axéesur les auteurs » et que pour lui, « la question des écritures scéniques, et pas seulement textuelles, est importante. »

Ce dramaturge contemporain, sans cesse en quête d’innovation dans son art, a maintes fois été récompensé pour ses œuvres : Prix Georges-Lerminier du Syndicat de la critique pour Brand en 2005 et pour Tartuffe en 2009. Il est également nommé aux Molière 2009 dans la catégorie Meilleur Metteur en scène pour Tartuffe.

Retrouvez Stéphane Braunschweig dans