Actualités
mardi 23 avril 2019
Fashion Revolution Week, défilé d'événements pour une mode plus éthique
 
Diaporama
vendredi 19 avril 2019
Le festival Circulation(s) multiplie les regards sur la jeune photographie européenne
 
Actualités
mercredi 17 avril 2019
Le festival du sushi et de la gastronomie japonaise s’installe à Paris
 
News spectacles : l'actu du spectacle vivant, du théâtre, de l'opéra

Les Prix de la Critique ont rendu leur verdict

Ce matin, au Monfort, le Syndicat professionnel de la critique de Théâtre, de Musique et de Danse, a récompensé les meilleurs spectacles et artistes de la scène de la saison 2012-2013.

Alors que les Molières sont en stand-by (avant reprise de la cérémonie l'année prochaine), que les tout nouveaux Prix du Théâtre ont échoué à prendre la relève et à se démarquer véritablement, réalisant une audience télévisée très décevante à l'aune d'une cérémonie ennuyeuse, le Prix de la Critique reste discret mais vaillant et vient de révéler son palmarès dans les domaine du théâtre, de la musique et de la danse. Pas de médiatisation télévisée de l'évènement mais un hommage de la profession journalistique aux spectacles et créateurs en ce domaine (auteurs, metteurs en scène, comédiens, scénographes, compositeurs, chorégraphes...)

Votés et décernés par le Syndicat professionnel de la critique de Théâtre, de Musique et de Danse, fondé en 1877 et regroupant 140 journalistes de la presse écrite et audiovisuelle, française et étrangère, les Prix ont été remis ce matin au Théâtre Monfort.

Dans le domaine du Théâtre, le Grand Prix récompensant le Meilleur Spectacle théâtral de l'année a été attribué aux Serments Indiscrets de Marivaux, dans une mise en scène de Christophe Rauck, directeur du Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis (qu'il quitte à la fin de la saison pour prendre la direction du Théâtre du Nord, le Centre dramatique national de Lille).

Le Prix Georges Lerminier récompensant le Meilleur Spectacle théâtral créé en province est revenu aux Criminels de Ferdinand Bruckner, dans une mise en scène de Richard Brunel, directeur de la Comédie de Valence, Centre Dramatique National Drôme-Ardèche.

Joël Pommerat ne repart pas bredouille puisqu'il écope du Prix de la Meilleure Création d'une pièce en langue française pour son dernier spectacle : La Réunification des deux Corées. Et c'est son scénographe Eric Soyer qui rafle celui de Meilleur Créateur d'éléments scéniques pour sa création scénographique et lumière sur le spectacle de Pommerat ainsi que pour la scénographie de Métamorphose, adaptation théâtrale du roman de Kafka par Sylvain Maurice.

C'est Thomas Ostermeier (directeur de la Schaubühne de Berlin) qui remporte le Prix du Meilleur Spectacle étranger pour Un Ennemi du Peuple d'Henrik Ibsen.

Du côté du Théâtre Privé, c'est le spectacle d'Anne-Marie Lazarini (Théâtre Artistic Athévains) d'après le roman de Jean Echenoz, Ravel, qui reçoit le Prix Laurent Terzieff. Et Andy Emler est récompensé pour sa composition musicale sur le spectacle.

Côté plateau, Nicolas Bouchaud est sacré meilleur comédien pour son rôle dans Le Misanthrope de Molière (mise en scène : Jean-François Sivadier) et Christine Millet meilleure comédienne pour son rôle dans Calme de Lars Noren (mise en scène de Jean-Louis Martinelli). Adeline d'Hermy, jeune recrue de la Comédie-Française, se voit décerné le Prix Jean Jacques Lerrant en tant que Révélation théâtrale de l'année pour sa prestation dans Solness le constructeur d'Henrik Ibsen, sous la direction d'Alain Françon.

Dans le domaine de la Musique, le Grand Prix pour le Meilleur Spectacle lyrique de l'année, revient à Written on skin signé George Benjamin pour la composition et la direction d'orchestre, Martin Crimp pour le livret et Katie Mitchell pour la mise en scène, tandis que la soprano Barbara Hannigan est élue personnalité musicale de l'année. En révélation, la soprano Julie Fuchs décroche le titre. William Dudley, créateur des décors et vidéos de Sunday in the park with George est récompensé pour son travail sur ce spectacle. Rienzi de Wagner, mis en scène par Jorge Lavelli repart avec le Prix Claude Rostand, en tant que Meilleur Spectacle lyrique créé en province et Claude de Thierry Escaich, sur un livret de Robert Badinter, mis en scène par Olivier Py et dirigé par Jérémie Rhorer reçoit celui de la Meilleure Création musicale.

Dans le domaine de la danse, le Grand Prix revient au spectacle Renée en botaniste dans les plans hyperboles de Système Castafiore (Marcia Barcellos, Karl Biscuit). Et Jacqueline Fynnaert est récompensée en tant que personnalité chorégraphique de l'année pour l'ensemble de sa carrière de pédagogue et formatrice de danseuses étoiles.

S'il n'est certes pas parfait comme tout prix, le Prix de la Critique a le mérite de ne pas se cantonner uniquement au Théâtre en faisant une place à la Musique et à la Danse, disciplines essentielles de la création scénique.

Par Marie Plantin.

Photo : Les Serments Indiscrets

Réserver cet évènement Réserver cet évènement Réserver cet évènement Réserver cet évènement Réserver cet évènement