Actualités
mardi 19 septembre 2017
Le versant street culture de La Défense à découvrir lors de l’Urban Week
 
Actualités
mardi 19 septembre 2017
L’Animation se croque à pleines dents au Théâtre de Ménilmontant
 
Actualités
lundi 18 septembre 2017
Tous au restaurant, 15 jours pour déguster à moitié prix
 
Marie-Céline Nivière, du Pariscope

Attention, cette pièce ne ressemble à aucune autre. Sur la scène, les comédiens interprètent une comédie désopilante. La salle hurle de rire et suit avec attention ce qu'on lui montre. Jusque-là, rien d'anormal. Sauf qu'il faut rester concentré, car, à un moment cela bascule. Le comédien qui joue l'inspecteur de police vous interpelle pour vous demander de l'aider dans l'enquête… Donc, et c'est assez rare au théâtre, le public peut parler pendant le spectacle ! Enfin, quand on lui demande… C'est de l'interactivité… Un grand jeu de Cluedo… Sauf qu'ici on n'est pas dans une véranda mais dans un salon de coiffure, que l'arme du crime n'est pas un chandelier mais une paire de ciseaux. Le soir de la première, le public a été parfait dans son rôle de témoins. Les questions, les précisions, les indications ont fusé. Si des spectateurs un peu trop « bons citoyens » zélés font frémir, les autres, ayant gardé leur âme d'enfant, participent simplement et s'amusent beaucoup. A la fin, il faut voter, et sans Robert Hossein… A vous de trouver lequel des trois suspects est le coupable. Comme c'est à la fois un policier et une comédie, je ne vais rien, mais alors là rien, vous raconter… Sachez que c'est fort bien fait. Les auteurs américains Marilyn Abrams et Bruce Jordan se sont inspirés d'une étude théâtrale comportementale du psychologue Paul Pörtner. La version française de Sacha Danino et Sébastien Azzopardi est excellente. Les jeux de mots, les clins d'œil à l'actualité, les gags s'enchaînent à merveille. La mise en scène d'Azzopardi est d'une efficacité redoutable, et s'il y a un mort, ce n'est pas le temps. Une telle pièce se joue sur une corde raide, au moindre faux pas on tombe dans l'excès. Pour que tout cela tienne debout, il faut des acteurs doués, déjantés et inspirés. La distribution est parfaite. Romain Canard, en coiffeur léger, Réjane Lefoul, en coiffeuse aux charmes dehors, Domitille Bioret, en mondaine pacômesque, Yan Mercœur, en homme d'affaires bellâtre, Bruno Sanches, en flic neuneu, et Olivier Solivérès, en inspecteur brut de pomme, sont irrésistiblement drôles. Les voilà partis pour un beau succès.