Actualités
vendredi 20 mars 2020
Le Silence et la peur, Nina Simone et l’Histoire noire-américaine dans un spectacle éclairé et éclairant
 
Actualités
mercredi 18 mars 2020
Quand la sculpture contemporaine s’empare du motif animal…
 
Actualités
mardi 17 mars 2020
Turner illumine le Musée Jacquemart André de ses peintures et aquarelles en provenance de la Tate
 
Marie-Céline Nivière, du Pariscope

Le spectacle, tiré du roman de Daniel Keyes, « Des fleurs pour Algernon », est un petit bijou. Algernon est le nom d’une souris de laboratoire. Après une petite opération au cerveau, elle est devenue le rongeur le plus intelligent de la planète. Deux chercheurs, désirant pousser plus loin l’expérience, la prolongent sur un être humain. Comme cobaye ils choisissent Charlie, un arriéré mental des plus attachants. « Je ne savais pas que j’avais un QI et maintenant, il va tripler ! » Avec une simplicité et une lucidité confondante, Charlie raconte le processus de son ascension à l’intelligence et les bouleversements de son quotidien. Sa mise au ban de son ancien monde est bouleversante. Et puis, il y a le déclin, vertigineux car il l’aborde avec conscience. Porté par l’adaptation au cordeau de Gérald Sibleyras et la mise en scène ciselée d’Anne Kessler, Grégory Gadebois est exceptionnel. Avec sa bouille ronde, il incarne avec tendresse et humanité ce garçon qui n’avait pas besoin d’être un génie pour être une belle personne. La délicatesse de son interprétation nous a totalement conquis. Un spectacle à ne pas rater. Et n’hésitez pas à le partager avec un adolescent, il vous en sera reconnaissant.

Sylviane Bernard-Gresh, du Télérama

Etonnant et formidable Grégory Gadebois.[...]