Actualités
jeudi 22 août 2019
Une Petite Ceinture en fête le samedi 31 août
 
Actualités
mercredi 21 août 2019
Le vélo dans tous ses états à Sans Les Mains festival
 
Actualités
mercredi 21 août 2019
Marcus Miller, Yasiin Bey et Lee Fields pour la 18ème édition de Jazz à la Villette
 

La Paranoïa

Marcial Di Fonzo Bo, en tandem avec Elise Vigier, continue d'explorer l'œuvre de l'auteur argentin Rafael Spregelburd (La Estupidez) et ses réflexions sur les Sept péchés capitaux dans un théatre qui manie l'humour comme une arme de destruction maligne.

Dans un univers de science-fiction déjantée où les créatures extra-terrestres semblent sur le point de prendre le dessus, quelques spécimens d'humains doivent, en 24 heures, inventer une fiction et sauver l'espèce. Après «La Estupidez», l'auteur argentin continue son exploration des sept péchés capitaux.

Dans le cadre du Festival d'Avignon 2011.

Marcial Di Fonzo Bo, en tandem avec Elise Vigier, continue d'explorer l'œuvre de l'auteur argentin Rafael Spregelburd (La Estupidez) et ses réflexions sur les sept péchés capitaux dans un théatre qui manie l'humour comme une arme de destruction maligne.

Crédit Affiche : © dessin Jean-Luc Moulène / Adagp Paris 2011

La critique du Pariscope ( Marie Plantin)

Bienvenu dans le futur. Car « La Paranoïa » n’est pas un ouvrage de psychanalyse érudit, c’est une pièce de science-fiction totalement déjantée qui s’inscrit dans l’heptalogie composée par l’auteur argentin contemporain Rafael Spregelburd. Qu’est ce que cette heptalogie ? Sept pièces s’inspirant du tableau de Jérôme Bosch, « Les Sept Pêchés capitaux ». « La Paranoïa » en est le sixième volet...

Calendrier

Artistes