Actualités
vendredi 20 mars 2020
Le Silence et la peur, Nina Simone et l’Histoire noire-américaine dans un spectacle éclairé et éclairant
 
Actualités
mercredi 18 mars 2020
Quand la sculpture contemporaine s’empare du motif animal…
 
Actualités
mardi 17 mars 2020
Turner illumine le Musée Jacquemart André de ses peintures et aquarelles en provenance de la Tate
 
Hélène Kuttner, du Pariscope

Rien de tel pour revisiter une grande œuvre classique que de la monter dans sa version originale, avec la musique de l’époque. Entouré de 18 artistes, comédiens et danseurs, et de 6 musiciens, Denis Podalydès, acteur star de la Comédie Française, met en scène la célèbre pièce de Molière avec la maestria d’un mouvement baroque qui juxtapose allégrement tous les arts de la scène. Côté cour, l’Ensemble Baroque de Limoges et ses brillants solistes nous interprètent les délicieux intermèdes signés Lully. Coté jardin, Kaori Ito (danseuse avec Prejlocaj, Platel, Cherkaoui…) dessine une chorégraphie stylisée qui met tout ce monde en mouvement. Il faut dire que Pascal Rénéric est éblouissant dans le personnage de Monsieur Jourdain, gesticulant comme un gros bébé, candide et roublard à la fois, avec des œillades espiègles au public à la manière de Louis de Funès. Face à son maitre d’armes (Manuel Le Lièvre), de musique (Julien Compani) ou de philosophie (Francis Leplay), il affronte Madame Jourdain (Isabelle Candelier) dans de tempétueux débats conjugaux. Christian Lacroix a dessiné les costumes, visuellement chatoyants et Eric Ruf, de la Comédie Français, les décors d’un logis de drapier qui manquent un peu d’élégance dans le décor déjà carmin et vieilli des Bouffes du Nord. Comédiens virevoltants, tempo vif, facéties qui s’enchaînent, texte parfaitement assumé, l’énergie de la troupe est à son maximum et la mise en scène parfaitement réglée. Cependant, la multiplication des effets, la danse omniprésente, la répétition de certains gags ont tendance à envahir le spectacle sans que l’on distingue clairement la ligne artistique suivie par le metteur en scène. Un travail remarquable, certes, mais qui déborde cependant de trop d’ingrédients. A voir, en famille, avec des enfants dès 10 ans.