Actualités
vendredi 20 mars 2020
Le Silence et la peur, Nina Simone et l’Histoire noire-américaine dans un spectacle éclairé et éclairant
 
Actualités
mercredi 18 mars 2020
Quand la sculpture contemporaine s’empare du motif animal…
 
Actualités
mardi 17 mars 2020
Turner illumine le Musée Jacquemart André de ses peintures et aquarelles en provenance de la Tate
 
Nivière, du Pariscope

Excellent ! Zabou Breitman réalise un sans-faute ! Dès que l'on pénètre dans la salle du Vieux Colombier, on découvre le décor qui représente l'entrée du théâtre, sa rue ! Les premiers signes d'émerveillement se font sentir dès les bruissements et les chuchotements des spectateurs. Ma voisine, une jeune fille de 20 ans, s'écrie avec enthousiasme : « J'ai hâte que cela commence ! » Nous aussi ! Comme dans un burlesque américain, Christian Blanc arrive, une échelle à la main et un chien accroché à son paletot… Le ton est donné. Les premiers hurlements de rire s'échappent, ils ne cesseront plus durant toute de la pièce. La façade du théâtre bouge et laisse apparaître le salon des Ribadier, de la fenêtre duquel on aperçoit la perspective de la rue. Ce décor somptueux, original et cocasse, est l'une des dernières œuvres du talentueux Jean-Marc Stehlé qui nous a quittés cet été. Ce n'est donc pas sans émotion que l'on salue l'artiste. Toute la scénographie est réussie, des lumières d'André Diot aux costumes et accessoires d'Arielle Chanty, et même le son - qui a son importance - de Dominique Bataille. Zabou Breitman a tout compris de Feydeau, de sa musique, de sa rythmique, sans jamais trahir le propos de l'auteur. La mise en scène regorge de petites trouvailles, de gags subtils. Sa direction d'acteur est de la même veine. Mais elle mène des stradivarius… Martine Chevallier est formidable dans le rôle de la bonne Sophie, avec en prime une formidable scène de rire ! Christian Blanc incarne à la perfection le cocher pochtron et débonnaire. Nicolas Lormeau, avec un look à la Daumier, joue un Savinet impayable. Avec son côté Tintin, Laurent Stocker campe un Thommereux délirant. Tout en finesse, en malice et en charme, Julie Sicard interprète Angèle, la femme blessée, trompée et vindicative. Quant à Laurent Lafitte, c'est le meilleur Ribadier qu'on ait pu applaudir. Dépêchez-vous, la pièce va vite afficher complet. Un espoir demeure : une reprise la saison prochaine, pourquoi pas à Richelieu !