Actualités
lundi 24 juin 2019
Berthe Morisot exposée dans le temple de l’Impressionnisme
 
Actualités
lundi 24 juin 2019
Redécouvrir Van Gogh à l’Atelier des Lumières
 
Actualités
vendredi 21 juin 2019
Solidays complète la programmation de sa 21ème édition
 

Moi je crois pas !

Catherine Hiegel et Pierre Arditi, dirigés par Charles Tordjman, se disputent avec une émouvante tendresse dans cette pièce de Jean-Claude Grumberg.

"Un homme, une femme, et le temps qui a fait son œuvre ; poison lent. Fini la séduction, les élans de l’amour naissant. Monsieur et Madame s’affrontent. Ils se cherchent des poux, provoquent leur guerre intestine. Ils conjurent l’ennui familier par les accrocs de la dispute.Le 11 septembre est-il un coup monté ? Les écrivains ont-ils des nègres ? Lui n’y croit pas, elle si. Elle croit en l’existence du yéti, elle croit que les fèves provoquent les prouts. Lui, non. Ils luttent. Batailles. Et les soirées passent. Et la télévision qu’on allume quand la trêve est possible. Deux bêtes de scène labourent les terres fertiles des idées reçues, des préjugés, et de la bêtise partagée.Portraits au vinaigre d’une France à pantoufles très élimées et à télé trop allumée."

La critique du Pariscope ( Marie-Céline Nivière)

Catherine Hiegel et Pierre Arditi, face à face au théâtre, voilà de quoi nous combler d'aise. Que c'est jubilatoire d'observer une telle maîtrise de l'art dramatique. Ces deux comédiens sont des Stradivarius ! Une rupture, un silence, une indignation, un sourire, un rire, une colère, un murmure, un sentiment, une sensation, une attente, tout résonne comme une symphonie ! D'autant plus que Jean-...

Calendrier

Artistes