Actualités
jeudi 16 août 2018
Le Cercle des Illusionnistes passe l’été au Théâtre de la Renaissance
 
Actualités
mardi 14 août 2018
La Cité Fertile, le nouveau lieu de vie éphémère et optimiste de Pantin
 
Diaporama
lundi 13 août 2018
La cuisine artistique de Subodh Gupta se goûte à la Monnaie de Paris
 
Nivière, du Pariscope

A l'ouverture du théâtre du Rond-Point, son directeur Jean-Michel Ribes avait annoncé la couleur : on n'y jouera que des auteurs contemporains et vivants. D'où notre étonnement de voir programmer cette saison un texte de Rabelais… Bien sûr, à force d'applaudir des classiques, on sait qu'il n'y a pas plus vivant qu'un grand auteur mort, mais quand même… En reprenant « Paroles gelées », Ribes invite en ses murs Jean Bellorini, un des metteur en scène les plus en vogue du moment, et qui dirige depuis janvier le Théâtre Gérard-Philipe de Saint-Denis. Ce n'est pas pour rien que ce jeune artiste a choisi Rabelais. Car, du fin fond de son Moyen-Age, sa parole, loin d'être gelée, parle à notre XXIe siècle. Avec sa complice Camille de la Guillonnière, Bellorini a adapté le « Quart livre », sans s'interdire, souligne-t-il, d'aller piocher ailleurs. Pantagruel se dirige vers l'oracle de la « Dive bouteille ». Si de nos jours, il suffit de franchir la rue pour se rendre au bistrot, le fils de Gargantua, lui, prend la mer et entraîne ses compagnons, dont le célèbre Panurge et ses moutons, dans une longue épopée rocambolesque à travers « la merde du monde ». Bellorini nous convie à une grande aventure théâtrale faite à première vue de bouts de ficelle, de ceux qui permettent à la créativité, à l'inventivité de se lâcher en toute liberté. Au centre du plateau, qui ressemble à un chapiteau, de l'eau sur laquelle les comédiens vêtus de cirés jaunes, naviguent, se promènent, dansent, chantent et s'éclaboussent, alternant monologues et scènes de groupe dans un perpétuel mouvement. Scéniquement, c'est très beau. Des musiciens accompagnent le verbe prolixe de Rabelais que les acteurs font entendre avec une énergie vivifiante. Bellorini est un homme de troupe, celle-ci est au cœur de son travail, et les treize comédiens, dont notre chouchou François Deblock, sont très talentueux.

Catherine Robert, du Terrasse

[...] L’ensemble est à la fois comme un hommage à l’artisanat théâtral (on fait, ici, feu de tout bois, et art de tout, comme mine de rien) et un tribut rendu avec une piété malicieuse au génie créatif de Rabelais. L’aisance insolente avec laquelle ces artistes s’emparent de la matière textuelle et des matériaux scéniques qui nourrissent ce spectacle est absolument sidérante. [...]

Salino Brigitte, du Monde

[...] Percutant de vie, nourri d'inventions et de chansons, ce spectacle nous emmène en voyage en Rabelaisie, plus particulièrement dans "Le Quart livre", là où, sur une île, Panurge et ses amis découvrent les fameuses "paroles gelées", ces glaçons qui au contact des humains deviennent des mots [...]

Annie Chenieux, du JDD

[...] Les treize interprètes, comédiens, musiciens, chanteurs s’emparent du verbe rabelaisien avec l’appétit de leur héros et s’engouffrent dans l’épopée avec une vigueur et un souffle formidables. [...]