Actualités
vendredi 20 mars 2020
Le Silence et la peur, Nina Simone et l’Histoire noire-américaine dans un spectacle éclairé et éclairant
 
Actualités
mercredi 18 mars 2020
Quand la sculpture contemporaine s’empare du motif animal…
 
Actualités
mardi 17 mars 2020
Turner illumine le Musée Jacquemart André de ses peintures et aquarelles en provenance de la Tate
 
Marie-Céline Nivière, du Pariscope

Carole Brenner nous brosse le portrait d’une « femme heureuse ! »… Si, si, cela existe. « Cela fait quarante ans qu’elle est sur le coup ». Il faut au moins ça. Elle s’est beaucoup battue, pas mal perdue, mais elle y est arrivée. Faut dire que la belle blonde est du genre têtue. Carole Brenner raconte avant tout l’histoire d’une femme, qui comme c’est étrange, ressemble pas mal à plein d’autres femmes. Dans ce jeu de miroir, dans lequel on reconnaît vite une amie, une connaissance, un reflet finit par nous surprendre. Tiens, je connais ça ! L’écriture de Brenner est très efficace. Pour mettre en scène cette histoire de femmes où les hommes ne sont pas épargnés, il fallait au moins une femme et un homme : la délirante Michèle Garcia et le « beau, brun et baraqué », Gilbert Agnelli. Cela donne un spectacle très sympathique.