Actualités
vendredi 20 mars 2020
Le Silence et la peur, Nina Simone et l’Histoire noire-américaine dans un spectacle éclairé et éclairant
 
Actualités
mercredi 18 mars 2020
Quand la sculpture contemporaine s’empare du motif animal…
 
Actualités
mardi 17 mars 2020
Turner illumine le Musée Jacquemart André de ses peintures et aquarelles en provenance de la Tate
 
base

Christian Louboutin exhibe son oeuvre chaussée au Palais de la Porte Dorée

N’y allons pas par quatre chemins, cette exposition consacrée au célèbre créateur de souliers, Christian Louboutin, est une véritable splendeur, son envergure phénoménale, sa scénographie un enchantement pur et la personnalité qui se dégage de ce panorama créatif passionnante car curieuse, ouverte, avide de découvertes. Bien plus qu’une simple rétrospective, c’est un chemin de vie qui se dessine en grand et offre aux visiteurs la primeur de comprendre au plus près une démarche et ce qui, en profondeur, la nourrit de l’intérieur.
Son nom seul évoque le galbe d’un escarpin surmontant un talon aiguille, une semelle de gazelle rouge baiser. Louboutin. Christian Louboutin. Qui savait qu’il avait grandi dans le XIIème arrondissement de Paris, à quelques pas du Palais de la Porte Dorée, anciennement Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, devenu plus récemment Musée de l’Histoire de l’Immigration ? Seul son célèbre aquarium en sous-sol demeure de l’ancienne époque et bien sûr, l’architecture du bâtiment, massif et imposant, Art Déco et élégant, avec ses bas-reliefs et ses ornements historiques, qui a habité des décennies durant le paysage urbain du jeune Christian, fréquentant le lycée du coin et les cinémas du quartier, visiteur assidu fasciné autant par ses poissons exotiques de toute beauté que par les arts primitifs de ses collections, masques et statuettes venus de loin. Franchir le seuil du Palais revenait à voyager sur place et le garçon curieux devenu créateur adoubé s’en souvient encore. Alors, quel écrin plus adapté que le Palais de la Porte Dorée pouvait accueillir une exposition d’une telle ampleur et amplitude, retraçant le parcours de cet homme de mode suprêmement doué, rassemblant ses créations iconiques, révélant ses sources d’inspiration et ses compagnonnages artistiques  ? Ici, au premier étage du Palais, dans les méandres de ses salles en enfilades réinventées par une scénographie somptueuse, aux esthétiques éclectiques, multipliant les chapelles et les alcôves, les salles au trésor et les galeries miroitantes, les ambiances de boudoir, les corridors érotiques et chics, la magie du théâtre et l’illusion du cinéma, piédestals et vitrines, vitraux et velour rouge, Christian Louboutin s’exhibe à travers son oeuvre avec un sens du spectacle imparable, une fantaisie délectable, une porosité et une sensibilité qui infusent assurément l’ensemble de son processus artistique.

Glamour, sexy et parsemée d’humour, l’exposition couvre près de trente ans de créations d’un raffinement éblouissant, d’une inventivité jamais tarie, mais ne se contente pas d’aligner les modèles par ordre chronologique. C’est une véritable immersion dans l’univers de Louboutin qui nous est proposée, depuis l’étincelle première (un dessin signalétique) qui lui a mis le pied à l’étrier jusqu’au “musée imaginaire” qui clôt la visite et confronte le visiteur aux oeuvres d’art et objets issus de nombreuses civilisations africaines et orientales qui accompagnent le créateur et imprègnent son inspiration. Et l’on avance d’émerveillement en enchantement, au grès des formes, matières, volumes, hauteurs, de chaussures toutes plus extraordinaires les unes que les autres. Escarpins, sandales, bottes, bottines, c’est un ravissement de chaque instant qui vient faire du soulier un élément phare de la mode, au-delà du simple accessoire. Un prolongement du corps qui impulse la démarche et habille non seulement le pied mais la silhouette entière.

A noter que le parcours est jalonné de petits films pédagogiques et ludiques qui s’attachent à expliquer chaque étape de la conception d’un soulier, de la projection d’un film en forme de rêverie sur la vie de Christian Louboutin réalisé par l’artiste néo-zélandaise Lisa Reihana, d’une oeuvre spécialement conçue pour l’occasion par l’artiste pakistanais Imran Qureshi, de photographies à caractère fétichiste signées rien de moins que David Lynch, de séquences dansées chorégraphiées par Blanca Li diffusées dans l’écrin chaleureux d’un théâtre Bhoutanais de toute beauté… Des collaborations qui témoignent de la personnalité ouverte, curieuse et généreuse de Christian Louboutin qui invite ses confrères et consoeurs artistes de tous bords, issus de l’art contemporain ou du spectacle vivant, à apporter leur patte à son exposition et fait entrer le monde et sa diversité dans son geste créatif.

Si le monde est à ses pieds, ce n’est pas pour rien car Christian Louboutin le vaut bien. “L’Exhibition[niste]” le lui rend bien et nous partage avec panache son talent fou.

Par Marie Plantin

Christian Louboutin
L'Exhibitionniste
Du 26 février au 26 juillet 2020
Au Palais de la Porte Dorée
293 Avenue Daumesnil
75012 Paris
Réserver cet évènement