Actualités
mardi 11 décembre 2018
Noël à la moulinette du Collectif du Grand Cerf Bleu
 
Diaporama
mardi 11 décembre 2018
Voyage dans l’Île-de-France des friches avec une exposition gratuite
 
Actualités
lundi 10 décembre 2018
Transe amoureuse sous la plume de Faulkner
 
base

Expo Manga ↔ Tokyo, visitez la capitale japonaise grâce aux mangas et animes

Les liens entre Tokyo et la culture manga sont explorés à la loupe dans une exposition prenante, enrichissante et dense, présentée à la Grande Halle de la Villette, jusqu’à fin décembre seulement.
Pas besoin d’être captivé par Tokyo, ni par les mangas, animes ou jeux vidéo pour plonger dans cette fascinante exposition nommée Manga <-> Tokyo, qui décrypte les échanges entre une forme de culture populaire et une ville au foisonnement incroyable. Quelle est la représentation de la capitale nippone dans la pop culture du pays ? Et comment cette dernière a, à son tour, investi l’espace public tokyoïte ? 

Pour explorer ces interactions, moult affiches de films, extraits d’animes (films d’animation), dessins, lithogravures et produits dérivés ont été réunis dans la Grande Halle de la Villette pour une balade virtuelle au sein de Tokyo, de la période Edo (1603-1868) à nos jours. Dresser un portrait de cette ville colossale, mission impossible ? Manga <-> Tokyo s’y essaie avec un parcours en trois temps, avec en son centre une maquette de 17 mètres sur 21 de la ville, pièce maîtresse de l’exposition complètement spectaculaire ! 

Le parcours, venons-y, il évoque en premier lieu cette ville qui a été maintes fois détruite et rebâtie, tant fictivement que réellement. Une installation permet de se repasser quelques-unes des attaques commises par le très très méchant Godzilla (depuis 1954) tout en les localisant sur une carte de Tokyo. Les destructions infligées à la capitale ne sont malheureusement pas que de l’ordre de la pure invention, car séismes, incendies et bombardements ont ébranlé la capitale nippone plus d’une fois comme en témoignent ici des photos d’une ville en grande partie ravagée au sortir de la Seconde Guerre mondiale et des extraits d’animes (Millenium Actress, Jin-Roh, la brigade des loups…) qui illustrent la phase de reconstruction jusque dans les années 60. 

S’en suit un chapitre sur Tokyo en tant que lieu de vie et sur son paysage urbain changeant, époque par époque. C’est l’occasion de remonter le temps, de fréquenter les maisons de thé, bains publics ou de s’accorder une visite des quartiers de plaisirs comme celui de Yoshiwara à travers quelques estampes dont celles d’Utagawa Hiroshige. 
Après la guerre, Tokyo se reconstruit, place aux gratte-ciel, symboles du renouveau de la ville qui s’affichent au générique de Nicky Larson notamment. C’est dans ces années de prospérité économique que la Tour de Tokyo (inspirée de la Tour Eiffel) est érigée, tout comme le siège du gouvernement métropolitain, deux emblèmes qui n’échappent pas d’ailleurs aux attaques fictionnelles (parmi les plus délirantes, citons celle de Mothra, la chenille-papillon géante que vous pouvez voir en action grâce à un extrait du film de 1961).

Enfin, le dernier volet du parcours brouille les repères entre réel et fiction dont la frontière s’avère être de plus en plus poreuse à Tokyo. Robot tout droit sorti de la franchise Gundam de 20 mètres de haut installé dans le quartier d’Odaiba, petites mascottes placées devant les pharmacies (satochan), maneki-neko (le fameux chat blanc qui lève sa patte) et autres créatures imaginaires sont partie intégrante du quotidien des Tokyoïtes. Pour se faire une idée, montez à bord du métro de Tokyo dont une rame investie par des personnages d’animes/mangas a été reconstituée dans l’exposition !

Dernière étape, incontournable dans toute expo, la boutique ! Ici elle prend carrément les airs des commerces d’Akihabara et d’Otome Road où les amateurs de pop culture japonaise se pressent en masse, de quoi parfaire cette immersion dans Tokyo, entre réalité et fiction !

Du 29/11 au 30/12/2018
À la Grande Halle de la Villette
211 Avenue Jean Jaurès
75019 Paris


Par Rita Carvalho