Actualités
dimanche 08 décembre 2019
A la Commune, l’une danse, l’autre parle
 
Actualités
vendredi 06 décembre 2019
La Cité de la Musique donne la part belle aux portraits glam et pop de Pierre et Gilles
 
Actualités
jeudi 05 décembre 2019
La Cinquième Symphonie de Mahler libère son ébouriffante théâtralité
 
base

Folia ou la rencontre incandescente du hip-hop et de la musique baroque

Main dans la main avec Franck-Emmanuel Comte et son ensemble, le Concert de l’Hostel Dieu, le chorégraphe Mourad Merzouki orchestre la rencontre entre musique baroque et danse hip-hop sur la scène du 13ème Art. Un pari relevé haut la main avec des interprètes tout terrain qui font des merveilles.
En ce moment et jusqu’aux fêtes de fin d’année, sur la scène toute neuve du 13ème Art, danse et musique s’expriment à part égale, se renvoient la balle et respirent à l’unisson dans un spectacle de toute beauté qui tente l’impossible rencontre de deux époques, deux esthétiques et deux styles qu’a priori tout oppose. D’un côté la musique baroque née au XVIIème siècle, pratiquée à la cour du roi, privilégiant les instruments à cordes et le chant en latin et en italien, de l’autre la danse hip-hop née dans les années 70 à New-York, discipline essentielle des cultures urbaines en vogue de nos jours. D’un côté le classicisme, de l’autre la révolte. D’un côté la ligne mélodique, de l’autre le rythme avant toute chose. “Folia” s’inscrit donc à 100% dans la lignée de la démarche du chorégraphe Mourad Merzouki qui n’aime rien tant que rendre le hip-hop “impur”, l’ouvrir à d’autres horizons, le frictionner avec d’autres univers, d’autres gestuelles aussi, comme la danse contemporaine, très présente ici et mixée avec des références tantôt à la danse baroque, à la tarentelle italienne, au classique sur pointes et même aux arts martiaux, aux danses tribales ainsi qu’à la pratique rituelle des derviches tourneurs. Autant dire que c’est un foisonnement chorégraphique à la fois joyeux et mélancolique qui nous galvanise autant qu’il nous bouleverse. Le résultat est détonnant et met en valeur la puissance scénique d’une hybridation réunie. La force du spectacle tient essentiellement dans le choix de la musique live et cette façon d’entremêler danseurs et musiciens à même le plateau en un dialogue parfaitement équilibré. Les instrumentistes et la chanteuse soliste (renversante), dans des costumes rougeoyants évoquant la mode du XVIIème siècle (perruque en moins) nous transportent dans un autre temps et dans une théâtralité affirmée que rehausse la scénographie, somptueuse, qui vient habiller la chorégraphie d’un décor-partenaire, écrin mouvant à la danse et à la musique. Mixte elle aussi puisque tressant musique acoustique et électronique, la partition musicale, signée Frank-Emmanuel Comte, à la tête du Concert de l’Hostel Dieu, résonne avec ampleur et majesté dans la salle ultra moderne du 13ème Art. Quant aux danseurs eux-mêmes, tantôt à l’unisson dans des scènes de groupe puissantes et (re)bondissantes, tantôt en solo, duo, trio, ils sont la force vive de ce spectacle enchanteur, hymne au croisement des cultures, au melting pot scénique, à la danse comme terre d’utopies infinies. Big up Mourad Merzouki !

Par Marie Plantin

Folia
Du 13 novembre au 31 décembre 2019
Au 13ème Art
Place d’Italie
75013 Paris
Réserver cet évènement