Actualités
vendredi 22 juin 2018
Le Quai Branly, musée hanté et ouvert non-stop pour son week-end d’Enfers
 
Actualités
vendredi 22 juin 2018
La folie du jeu s’empare de la capitale avec Paris est ludique
 
Actualités
jeudi 21 juin 2018
Radio Live revient, à la Maison des Métallos, son QG scénique parisien
 
base

Galvanisés par Galvan et sa Fiesta foudroyante

Présentée l’été dernier dans le cadre du 71ème Festival d’Avignon, “La Fiesta” va chercher l’essence du Flamenco en le débarrassant de ses oripeaux. Et l’on exulte devant la puissance tellurique d’Israël Galvan et de ses acolytes orchestres.
Cet homme est un chaman du rythme, un danseur paroxystique, une puissance percussive, un animal scénique indomptable, un monstre profane, une force de la nature, le flamenco du XXIème siècle. Cet homme c’est Israël Galvan et avec “La Fiesta”, spécialement créée pour la Cour d’Honneur du Palais des Papes lors de la dernière édition du Festival d’Avignon, il nous livre un flamenco sans fioritures, sans chichis, sans dorures. Une version brute et personnelle de la fête. Exit les froufrous et tout le tralala, exit le protocole et les codes du genre, ici on danse comme ça vient, on libère la bestialité, la sensualité, la sauvagerie, la rudesse et la douceur, on ouvre les vannes, on pousse les tables, on monte dessus, on danse comme un sursaut, on vibre comme un seul homme, on s’isole, on se regroupe, on vit sa transe en solo et on résonne avec les autres.

Ce qui est extraordinaire avec le flamenco, c’est qu’il réalise le point de jonction fusionnel entre musique et danse, le corps se faisant le passeur du rythme autant que du geste. Et Israel Galvan excelle en la matière. Tout son corps est un instrument à portée de main qu’il utilise allègrement, sans freins. Il n’hésite pas à aller au contact du sol, danse à l’horizontal, assis, à la verticale. Le feu du flamenco le transcende des pieds à la tête et sa beauté nous laisse sans mot pour en dire l’intensité. Les musiciens-danseurs qui accompagnent le maestro sur scène ne sont pas en reste. Tous, ils surprennent par la singularité de leur physique, de leur voix, de leur présence, de leur talent. Jamais dans les clichés du folklore et d’une esthétique attendue, Galvan réunit une troupe atypique à la musicalité exceptionnelle qui nous offre de vrais moments de fulgurances. Au milieu d’eux, Galvan irradie, se sublime, exulte, nous exalte et nous foudroie, mu par l’évidence des plus grands, porté par la passion qui fait de l’artiste un passeur.

A Avignon, l’obscurité se répandait sur la scène et les gradins en même temps que l’on pénétrait dans les profondeurs de ce spectacle incandescent qui se révèle quand il s’achève être un hommage absolu à la nuit, à son pouvoir libérateur, à ses ressorts cachés de festivité folle et intempestive, allant de paire avec sa beauté cathartique et primitive.

“La Fiesta” est un spectacle iconoclaste, d’une liberté et d’une énergie redoutables.

Par Marie Plantin

La Fiesta
Du 5 au 11 juin 2018
A la Grande Halle de la Villette (dans le cadre de la programmation du Théâtre de la Ville)
75019 Paris
Réserver cet évènement