Actualités
vendredi 25 mai 2018
La Cordonnerie fait son cinéma live et c'est quand même du théâtre !
 
Actualités
jeudi 24 mai 2018
Première édition du Paris Night Market, marché nocturne et hybride, ce vendredi à la Villette
 
Actualités
jeudi 24 mai 2018
Prise de la Bastille par le Collectif L’Avantage du Doute
 
base

La cuisine artistique de Subodh Gupta se goûte à la Monnaie de Paris

Première rétrospective en France de l’œuvre de l’artiste indien Subodh Gupta, l’exposition proposée par le 11 Conti - Monnaie de Paris, fraîchement rénové, présente une trentaine de créations conçues entre 1999 et 2018, réparties en thématiques dans les différents espaces de la Monnaie (l’escalier d’honneur, les cours extérieures, les salons historiques consacrés aux expositions temporaires et les salles des collections permanentes).
Entre Subodh Gupta et le 11 Conti (nouvelle appellation de la Monnaie de Paris), se joue une belle complicité, une connivence autour d'une matière, le métal, qui confère à cette exposition une évidence lumineuse. L’or, l’argent, le bronze, sont, depuis des siècles, l’affaire de ce lieu, qui, dans ses ateliers, travaille au corps les métaux précieux pour en extraire des pièces uniques, subtilement gravées, fruit d’un savoir-faire ancestral. Or, c’est précisément le métal (bronze, laiton, aluminium, acier inoxydable, nickel…) que l’artiste indien utilise dans ses sculptures-installations. L’inviter à exposer dans ce bâtiment de pierre portant en lui la marque indélébile de son rôle premier, la fabrication de pièces de monnaie, s’impose et fait sens, manifestement. Il n’y a qu’à voir comment les oeuvres s’approprient les volumes historiques des lieux pour n’en pas douter.

A peine arrive-t-on par le grand escalier qu’une sculpture nous cueille en hauteur, “Unknown Treasure”, vase en bronze dégorgeant un bric à brac difficilement identifiable, qui s’inscrit à la perfection dans la perspective, face à la cascade de marches tapissées de rouge qui viennent prolonger le mouvement de chute arrêtée qu’évoque l’oeuvre. Autre perspective saisissante, l’escabeau de bois surmonté d’un verre d’eau positionné au centre de l’ouverture de la porte ouvrant sur le somptueux salon dallé de carreaux blancs et noirs, où siège au milieu le fameux crâne gigantesque composé d’ustensiles de cuisine de tous types, l’inox des objets et leur multitude formant une façade miroitante, réfléchissant la lumière alentour. Vanité hors norme, “Very Hungry God” annonce la couleur, cœur argenté de cette exposition intitulée “Adda / Rendez-vous” et qui est comme une main tendue entre l’artiste et le public, sans condescendance. Ce n’est pas l’argenterie des grands jours qui façonne la forme de ce crâne impressionnant mais bien les ustensiles de la vie de tous les jours, de ceux que possède toute famille indienne quand bien même la plupart n’a pas de quoi les remplir. D’ailleurs, la plupart des oeuvres sont présentées à même le sol, sans socle, sans distance de sécurité, dans un rapport simple et direct avec l’espace et le visiteur.

On parcourt avec un certain enchantement l’univers de Subodh Gupta, inspiré par son pays (où il vit toujours), et dont la passion pour la cuisine innerve la majorité des œuvres, explorant sans fin les relations complexes et mystérieuses entre nourriture et culture (propreté, spiritualité, mort, transit, économie, rituel, religion, art, migrations…), créant une cosmogonie personnelle où se côtoient l’infiniment grand et l’infiniment petit. Chaque salle dévoile de nouvelles sculptures et vidéos, souvent métaphoriques, pétries de poésie quotidienne, d’humour aussi, jouant avec la réflexion de la lumière. L’aspect sensoriel de l’exposition trouve son apothéose avec “Anahad”, dispositif englobant où des panneaux métalliques entrent par intermittence en vibrations (physique et sonore), générant un environnement terrifiant d’orage grondant qui nous traverse. 

Il y a de la profondeur et de la légèreté dans l’oeuvre de Subodh Gupta, de la lumière et de l’obscurité, du concret et de la spiritualité, de la matière et de la pensée. L’artiste transcende une certaine banalité quotidienne des objets pour mieux en faire résonner la polysémie et le pouvoir expressif au-delà de leur usage. Si les objets nous parlent, ils parlent aussi de nous. Invité en résidence de création au sein des ateliers de la Monnaie et guidé par ses artisans permanents, Subodh Gupta a également pu imaginer sa propre médaille, que le public peut découvrir dans la partie du musée dédiée au patrimoine monétaire. Une médaille gravée à partir d’épices indiennes, denrée précieuse à l’époque des grandes découvertes car valeur d’échange, talisman identitaire à l'image de la passion culinaire de l'artiste.   

Ce qui est très touchant dans le travail de Subodh Gupta, c’est que chaque oeuvre est accessible immédiatement, en ce qu’elle nous renvoie directement à du connu, du commun, de façon très concrète, et dans le même temps, nous emmène ailleurs, loin sur un autre continent, loin dans les recoupements, les associations d’idées, les rêveries que chacune procure. La cohérence de l’ensemble et l’élévation permanente qui résulte de chaque création lui confèrent une dimension universelle.

Rendez-vous pris, rendez-vous tenu.

Par Marie Plantin

Subodh Gupta
Adda / Rendez-vous
Du 13 avril au 26 août 2018
Au 11 Conti - Monnaie de Paris
11 Quai de Conti
75006 Paris
Réserver cet évènement