Actualités
mardi 15 octobre 2019
Edith Proust, clown cosmique, refait le monde à sa façon
 
Actualités
lundi 14 octobre 2019
Charlie Chaplin entre en fanfare à la Philharmonie
 
Actualités
lundi 14 octobre 2019
La gouaille et la vie d’Arletty sur scène dans un spectacle magistralement mis en scène par Johanna Boyé
 
base

La filmographie de Wim Wenders s’explore en immersion sous la nef du Grand Palais

Toujours le fief d’expériences hors normes, toujours prompte à accueillir la crème de la crème de l’art contemporain, la Nef du Grand Palais fait un pas de côté et se tourne vers le cinéma en invitant Wim Wenders à s’emparer des lieux. Le réalisateur propose une plongée atypique dans sa filmographie, une traversée de son œuvre à la fois condensée et monumentale.
La Nef du Grand Palais, de par son volume exceptionnel, accueille régulièrement des œuvres hors normes dans leurs dimensions (notamment dans le cadre de Monumenta) et confronte le corps du visiteur à un espace hors du commun, une expérience architecturale atypique, physique et mentale, presque cosmique puisque le bâtiment est surmonté d’une immense verrière, laissant entrer le ciel dans le regard qui s’élève. La Nef du Grand Palais, de par ce vide qui l’habite, espace brut et virginal contenu dans la magnificence de ses murs et de ses escaliers majestueux, ressemble à une page blanche où tout peut s’imaginer, même ce qui n’existe pas. Le caractère historique du monument n’est pas un frein pour inventer, au contraire, le lieu prend aisément une dimension intemporelle. 

En cela, il est une bénédiction pour l’artiste qui s’y voit invité à proposer quelque chose, à y glisser sa patte, à créer in situ, dans une démarche qui tient compte du cadre, inévitablement. Comment ne pas rêver en ces lieux ? Comment ne pas être électrisé par ses infinies possibilités ? Wim Wenders n’a pas boudé son plaisir, il y présente bientôt une installation cinématographique à la hauteur de l’écrin qui l’accueille, une gigantesque œuvre immersive, agrégat d’extraits de sa filmographie exceptionnelle. “Les Ailes du désir”, “Alice dans les villes”, “Paris Texas”... qui n’a pas été marqué au fer blanc par ces films d’une puissance émotionnelle unique en leurs genres ? Wim Wenders est l’auteur d’une œuvre cinématographique dense et durable qui aura touché des générations de spectateurs, cinéphiles ou pas. Car le cinéaste allemand touche large et nous parle depuis la piste de son imagination qui est sans frontière et défend un monde ouvert.

“(E)motion” - tel est le titre de cet ovni dans le monde de l’art et du cinéma -, abolit allègrement le cadre de l’écran pour mieux brouiller les limites entre architecture et image et expose le cinéma de Wim Wenders dans sa dimension plastique principalement, laissant de côté la question de la narration, reléguée au second plan. Il ne s’agit pas de revoir ses films mais de se baigner littéralement dans le flot d’images qui les constituent, dans la quintessence de ce cinéma émotionnel, sans arrêt attiré par le voyage, les contrées à explorer, l’errance et les paysages à traverser. Le montage est réalisé par Wim Wenders lui-même qui réalise un kaléidoscope élaboré sur l’idée de mouvement comme fil rouge de sa dramaturgie. La composition tournera en boucle et en continu, de 21h à minuit, sur une musique choisie par l’artiste. La Nef du Grand Palais, pour l’occasion, sera accessible en entrée libre.

Dans la lignée de la multiplication des expériences immersives comme nouvelles formes perceptives visant à rompre la frontalité du rapport à l’écran ou au tableau (dans le cas, par exemple de ce que propose l’Atelier des Lumières) ou à la scène (dans le cas du théâtre immersif), “(E)motion” renouvelle notre rapport au cinéma, dans une tentative d’appréhension globale d’une cinématographie constituée de fictions et de documentaires. Déconstruction, montage transversal et musique additionnelle s’imbriquent pour une version réduite et condensée d’une filmographie dans laquelle le spectateur, rendu à sa liberté de mouvement, pourra déambuler à sa guise. La conception artistique de l’installation est rendue possible grâce au dispositif technologique sur lequel elle s’appuie : une projection “mapping”  via 12 projecteurs 4K (ultra haute définition) recouvrant la surface accidentée de l’architecture sur une largeur de 270°.

La tentation de traquer l’essence d’une œuvre via ses images iconiques ? Rendez-vous du 18 au 22 avril pour tester l’expérience et plonger dans un inconnu familier. 

Par Marie Plantin

(E)motion
Wim Wenders
Du 18 au 22 avril 2019
De 21h à Minuit
Dans la Nef du Grand Palais
3 Avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
Entrée libre
Réserver cet évènement