Actualités
mardi 23 juillet 2019
Rock en Seine, point complet sur la programmation de la 17ème édition
 
Actualités
mardi 23 juillet 2019
Le Cinéma en plein air de la Villette revient pour explorer le “Demain”
 
Actualités
vendredi 19 juillet 2019
Berthe Morisot exposée dans le temple de l’Impressionnisme
 
base

La mode vue de dos côtoie les sculptures de Bourdelle en une conversation qui confine au sublime

La mode nous tourne le dos en ce moment au musée Bourdelle et c’est une expérience proche de l’extase que d’assister à la révélation de tous ces dos, graphiques, comiques, engagés, ailés, froufroutants, ajourés, chargés, décolletés, prolongés d’une traîne, éminemment sculpturaux, à savourer en regard des œuvres magistrales d’Antoine Bourdelle.
Conçue par le Palais Galliera hors les murs, cette exposition majestueuse inscrit ses modèles non seulement au cœur des salles emblématiques du musée Bourdelle, depuis le vaste hall des plâtres jusqu’à l’intime atelier du sculpteur et s’étend dans la nouvelle aile, extension contemporaine épurée et brute de béton que l’on doit à l’architecte Christian de Portzamparc. On varie donc les atmosphères, que l’on pénètre l’atelier parqueté du sculpteur, peuplé de figures, de fantômes, de bustes et statues porteurs d’une présence perçante, sous la hauteur de plafond démesurée et les verrières lumineuses éclairant les œuvres gigantesques et hiératiques de la salle principale ou dans le huis clos obscur des nouvelles pièces, c’est un voyage à travers le temps, l’Histoire du vêtement, de la mode et des mœurs que ce parcours thématique qui aborde la création du point de vue dorsal. Une approche éminemment pertinente et passionnante, historiquement, sociologiquement, esthétiquement, qui prend à rebrousse poil la domination de la frontalité dans nos sociétés occidentales. Il n’y a qu’à voir le mur de photos recensant les défilés de prêt-à-porter féminin printemps-été 2019 pour s’apercevoir que les clichés de dos y sont inexistants. La mémoire immédiate de la mode actuelle privilégie la rapidité de la mise en ligne des images et le devant du vêtement, rehaussé du visage du mannequin. Mais, si l’on remonte aux siècles précédents jusqu’à aujourd’hui, l’arrière du vêtement n’est pas délaissé des couturiers et créateurs, au contraire. Le dos constitue la plus grande surface plane du corps, une toile blanche à ornementer, dénuder avec doigté, rehausser d’ailes ou charger du poids d’un sac ou d’un autre que soi. Découpes asymétriques, contrastes entre le grain de la peau et le noir ébène de la robe, broderies et dentelles d’une délicatesse inouïe, drapés somptueux, protubérances, l’ostentation est de mise souvent, l’épure a sa place aussi - le moins vaut parfois tout autant que le plus dans l’effet produit-, les volumes sont remodelés, la sensualité féminine mise en valeur. Le dos fait sens le plus souvent, il raconte une histoire, il éclaire, il surprend, il déjoue, il parle en livrant des messages, en invitant à la caresse, en imposant des formes réinventées. Comme des Garçons, Yves Saint-Laurent, Jean-Paul Gaultier, Yohji Yamamoto, Balenciaga, Alexander McQueen… des modèles des plus grands créateurs du XXe et XXIe siècle jalonnent cette exposition enchanteresse qui interroge aussi les tendances vestimentaires des XVIIIe et XIXe siècles et surtout ouvre un dialogue merveilleux avec les statues de Bourdelle, leur anatomie saillante, musculature masculine puissante, ossature anguleuse d’un dos courbé par le sort ou chutes de rein féminines émouvantes.

Une fois de plus, le Palais Galliera impacte au long cours notre regard sur la mode et le porte loin dans le temps et la pensée tout en nous livrant des pièces sublimes à contempler, sélectionnées avec soin et acuité par Alexandre Samson, commissaire éclairé de cette exposition qui vient habiller l’été parisien des plus beaux atours de la haute couture.

Par Marie Plantin

Back Side / Dos à la mode
Du 5 juillet au 17 novembre 2019
Au Musée Bourdelle
18 Rue Antoine Bourdelle
75015 Paris
Réserver cet évènement