Diaporama
jeudi 17 octobre 2019
Le Bistrot Valois, cuisine traditionnelle dans un écrin de rêve au cœur du patrimoine parisien
 
Actualités
jeudi 17 octobre 2019
Le Cercle des Illusionnistes fait sa rentrée au Théâtre de l'Oeuvre
 
Actualités
mardi 15 octobre 2019
Edith Proust, clown cosmique, refait le monde à sa façon
 
base

Le Faham, la pépite gustative des Batignolles

Ouvert récemment, ce restaurant de la rue Cardinet propose une cuisine raffinée inspirée par les saveurs de la Réunion et de la Guadeloupe dans un cadre clair et élégant qui rivalise de délicatesse avec la composition harmonieuse et inattendue des plats.
Cette adresse est une véritable pépite qui se niche dans le quartier des Batignolles et ravira tous les amoureux d’évasion gustative. Le Faham est un joyau à tous les niveaux. Tout frais par dessus le marché puisqu’il vient d’ouvrir en juin dernier. Et ses premiers pas s’avèrent au-delà de toute promesse, un pur enchantement des yeux et du palais, l’accomplissement d’une rencontre fructueuse entre deux talents, la cheffe cuisinière Kelly Rangama et le chef pâtissier Jérôme Devreese dont le couple aux fourneaux fait des merveilles. Depuis la devanture, sobre et élégante, que prolonge une décoration d’intérieur délicate et distinguée, déclinant un joli éventail de verts via banquettes et chaises de belle tenue, jusque dans l’assiette et ses harmonies de saveurs surprenantes et pertinentes, ce restaurant est une révélation enthousiasmante au rapport qualité/prix exceptionnel, rehaussé d’un sens du service aux petits oignons.

L’épure choisie, murs blancs, parquet clair au sol, tables alliant bois naturel et marbre, est rehaussée de touches de couleurs émeraude et or, légères et chaleureuses. Aucune fausse note côté déco donc, jusque dans les toilettes irréprochables, en passant par une cave à vins boisée, “Le Faham” fait preuve d’un goût sûr et affiche un luxe sans chichis ni clinquant. L’environnement est apaisant et raffiné et l’on retrouve dans les compositions culinaires ce même sens de l’accord parfait, du détail bien senti et cet équilibre entre les textures, les couleurs et les saveurs à tel point que chaque plat nous apparaît comme une petite œuvre d’art. Côté influences, le nom du restaurant donne d’emblée une piste pour qui connaît cette orchidée de l’ïle de la Réunion, fleur dont l’arôme d’amande s’utilise en cuisine ou dans la conception du rhum arrangé. La cuisine proposée emprunte allegro ma non troppo aux épices réunionnaises et marie avec tact douceur et piquant, dur et moelleux, sans jamais tomber dans les clichés. On est véritablement surpris à chaque bouchée et chaque plat ressemble à un exercice d’équilibriste qui vient réveiller et égayer nos papilles en une fête aux accents d’exotisme admirablement dosés. Combawa, caloupilé, citron caviar, coriandre, piment oiseau, taro, patate douce, font le cœur de cette cuisine dont la finesse exquise nous poursuit encore d’un souvenir ému.

Pour vous donner une idée, rien qu’à la lecture de la carte, on salive, on s’évade, on rêve à des horizons maritimes, on aborde ici en territoire de poésie culinaire. En entrée, on se laisse tenter par la salade de fenouil, piment végétarien, anchois, crumble café bourbon pointu, orange peï. En bouche, le mariage des goûts fait des étincelles, l’amertume du café, l’acidité de l’orange, la puissance salée de l’anchois et la saveur anisée du fenouil, rien ne pèse, l’harmonie est au rendez-vous. Décomplexé par cette entrée en matière réussie, on poursuit avec la légine, poisson blanc des mers australes, proposé sur un lit de riz croustillant nappé d’un concentré de tomate et saupoudré de carottes taillées menu. Le tout est rehaussé d’une touche de gingembre aigre-doux, de vermicelles de chips légers comme l’air et d’une émulsion citronnée qui fond sous la langue. Un feu d’artifice, rien de moins. Quant au dessert, cerise sur le gâteau, le crémeux chocolat au caloupilé acoquiné de sa meringue croustillante et d’un sorbet cacao nous étonne par sa faible teneur en sucre qui lui ôte toute propension à l’écœurement et rend grâce à l’amertume du cacao dans le même temps. Autant dire qu’il n’en reste pas une miette à la fin. Autre dessert à tenter, on ne saurait que trop vous conseiller le dessert à la patate douce, spécialité maison incontournable. Les prix sont plus que raisonnables quand on estime la qualité des produits, la subtilité des compositions de plats, l’écrin et l’accueil remarquables. Compter des formules entrée + plat ou plat + dessert à 26€ le midi, c’est imbattable.

Le Faham est une adresse d’exception, une bulle d’évasion culinaire et d’expérience gustative hors du commun.


Par Marie Plantin

Le Faham
108 Rue Cardinet
75017 Paris