Actualités
jeudi 22 février 2018
L’EP7, la nouvelle guinguette numérique du quartier de la BnF
 
Actualités
jeudi 22 février 2018
Couple au bord de la crise de nerf
 
Actualités
mercredi 21 février 2018
Une semaine pour faire le plein d’activités pas comme les autres avec l’Experience Week
 
base

Les deux pièces cultes de Philippe Quesne fêtent leurs dix ans d'existence

Du 6 au 11 février, les deux spectacles phares du répertoire de Philippe Quesne sont présentés en alternance dans son fief à Nanterre Amandiers. 
Iconoclastes à l'époque de leur création, n'obéissant pas aux codes habituels du théâtre, que ce soit en terme de rythme, de narration, d'enjeux, de sujets, "La Mélancolie des Dragons" et "L'Effet de Serge" sont en passe de devenir paradoxalement des classiques, grâce à la politique de répertoire que poursuit le Théâtre Nanterre-Amandiers en parallèle à son positionnement de découvreur, de soutien à la création, à l'audace, d'accueil de compagnies étrangères etc. 

En quinze ans de créations, Philippe Quesne a construit avec sa compagnie Vivarium Studio un univers scénique et un langage dramatique bien à lui, parcourus de personnages flegmatiques, cultivant un goût certain pour l’absurde au cœur de dialogues ultra-réalistes débités sur un ton volontairement quotidien voire atonal, construisant des images fortes et persistantes dans des scénographies picturales extrêmement photogéniques où la lumière devient matière à part entière. Les pièces de Philippe Quesne déploient leur humour décalé, leur mélancolie douce et leurs paysages imaginaires sur un rythme impassible et lent, sans à-coups ni accélérations, en dehors de toute logique théâtrale ordinaire.

Tout, dans ce théâtre visuel, est en rupture avec les standards, et pourtant il n’y a là aucune provocation outrancière, aucune volonté de choquer, aucun coup d’éclat. S’il cherche à ébranler les habitudes du spectateur, ce n’est pas dans la violence ni la confrontation directe. L’humour, inhérent à chacun des spectacles de la compagnie, ne relève jamais du sarcasme ni de l’ironie cinglante. Il infuse de façon souterraine, jamais trop appuyée, les situations.

En outre, il émane des spectacles de Philippe Quesne une délicatesse, une bienveillance contagieuse. Les personnages n’entrent jamais en conflit les uns avec les autres ni avec eux-mêmes (le contraire des pièces dites classiques dont le conflit est le moteur essentiel de l’intrigue), ils passent, imperturbables, traversant les micro-événements sans ciller, sans "psychologiser", sans manifester la moindre émotion forte, absorbés dans l’écoute, la contemplation ou l’action qui les anime. L’emphase n’est pas de ce monde, certes, et pourtant nulle froideur ne s’en dégage. D’ailleurs, la méchanceté non plus n’a pas sa place dans ce théâtre-là.

Toujours, les personnages s’entraident ou se soutiennent et, bien que visiblement solitaires, ils n’en sont pas pour autant individualistes. Les notions de domination et de pouvoir inhérentes à toute société n’ont pas lieu d’être ici et les groupes se constituent sans heurts au sein de situations incongrues voire carrément étranges. Pas de friction, et pourtant la fiction opère. Dans le frottement des styles, des esthétiques, des registres. "Mélancomique", tel est le théâtre de l’artiste venu des arts plastiques. Devenu metteur en scène, il imagine des tableaux vivants fantasmagoriques dans lesquels il questionne très souvent le discours porté sur l’art contemporain et la notion de liberté dans la création.

Par Marie Plantin

L'Effet de Serge et La Mélancolie des Dragons, en alternance
Du 6 au 11 Février 2018
A Nanterre-Amandiers
7 Avenue Pablo Picasso
92000 Nanterre