Actualités
vendredi 20 mars 2020
Le Silence et la peur, Nina Simone et l’Histoire noire-américaine dans un spectacle éclairé et éclairant
 
Actualités
mercredi 18 mars 2020
Quand la sculpture contemporaine s’empare du motif animal…
 
Actualités
mardi 17 mars 2020
Turner illumine le Musée Jacquemart André de ses peintures et aquarelles en provenance de la Tate
 
base

Les multiples visages de Marie-Antoinette miroitent à la Conciergerie

C’est sous les arcades séculaires de la Conciergerie, ancienne prison où séjourna Marie-Antoinette dans l’attente de son procès, que se tient l’exposition consacrée non pas à la reine elle-même, figure historique phare de l’Ancien Régime et symbole de sa chute, mais à ses multiples représentations au fil des époques jusqu’à nos jours.
Ce n’est donc pas une exposition exclusivement historique qui est proposée aux visiteurs de la Conciergerie mais une forme hybride entre documents d’archives d’une part et réappropriation au fil des siècles d’une image à travers divers médiums artistiques allant de la BD au cinéma, en passant par la mode, la photographie, les arts plastiques, la littérature et last but not least, les objets dérivés d’une culture pop et consumériste puisant allègrement dans le fantasme d’une reine désormais dépolitisée et devenue surface de projection infinie, icône affriolante et frivole inspirant les créateurs en tous genres. Femme moderne qui tenta à sa façon de s’extraire des lourdeurs protocolaires de la cour en préservant une sphère intime en un espace privé (à Trianon), étrangère projetée très jeune dans une culture différente qu’elle apprivoise avec un intérêt engagé pour les arts, mondaine entichée de beauté, réputée pour ses coquetteries vestimentaires, ses coiffures extravagantes et ses dépenses indécentes quand le peuple meurt de faim, mère investie dans l’éducation de ses enfants, ennemie jurée des révolutionnaires, Marie-Antoinette a déchaîné les sentiments, les jugements, les visions, les analyses, les fantasmes. Sa vie à la cour de Versailles et son destin funeste ont fait couler beaucoup d’encre et activé l’imaginaire d’artistes pluriels.

L’exposition qui lui est aujourd’hui consacrée, présentée par le Centre des Monuments Nationaux, s’attache à témoigner de ce foisonnement de représentations et aborde, selon un parcours thématique clairement découpé, divers angles d’approche de son image, sans cesse mouvante donc énigmatique et fascinante. Depuis les dernières semaines en cellule jusqu’à l’échafaud, depuis les biographies d’historiens et récits d’écrivains inspirés de sa vie jusqu’aux libertés esthétiques et narratives du fameux film de Sofia Coppola, depuis son portrait officiel par Elisabeth Vigée Le Brun passé à la postérité et au crible des relectures et ré-interprétations en série jusqu’aux caricatures licencieuses, depuis le manga japonais “La Rose de Versailles” jusqu’à la fétichisation contemporaine de son corps, de sa chevelure, voire de sa tête coupée, l’exposition chemine de représentation en représentation, d’hier à aujourd’hui, agrémentée de longs cartels. On peut y contempler de véritables reliques, vestiges historiques de ses derniers accessoires durant sa période de détention, tableaux et gravures d’époque, y lire des documents du Tribunal Révolutionnaire (son acte d’accusation, de condamnation…), se rendre compte de la profusion de publications qu’elle aura inspirée, découvrir la déclinaison d’images qu’elle suscite chez les artistes contemporains, se nicher dans une alcôve enrobée de lourds rideaux pour plonger dans le bain de ses versions cinématographiques, se pâmer devant des robes Haute-Couture ou sourire devant les gravures obscènes la fantasmant bestiale et vorace pour finir devant une vitrine d’objets manufacturés, déclinant à l’envie et sur tout type de support futile le visage rayonnant et fleuri d’une reine qui fut pourtant tant honnie. L’ironie du sort.

Ancrée dans notre époque mondialisée autant que dans l’Histoire de France, cette exposition à la fois didactique et ludique n’entend pas apporter une lecture nouvelle sur Marie-Antoinette mais au contraire faire état de l’étendue et de la diversité des images qui ont pullulé depuis son règne, faisant de cette personnalité ambiguë une figure médiatique avant l’heure, l’une des premières icônes modernes en somme. 

Par Marie Plantin

Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image
Du 16 octobre 2019 au 26 janvier 2020
A la Conciergerie
2 Boulevard du Palais
75001 Paris
Réserver cet évènement