Actualités
lundi 20 mai 2019
Embarquez pour des croisières musicales sur la Seine avec le Safari Boat
 
Actualités
lundi 20 mai 2019
La BnF donne la parole aux livres
 
Actualités
lundi 20 mai 2019
Musique et partage au cœur de La Voix est libre
 
base

Louise, elle est folle : reprise à la MAC

Huit ans après la Maison de la Poésie, le spectacle concocté par Elise Vigier et Frédérique Loliée, “Louise, elle est folle”, revient trois dates à la Maison des Arts de Créteil dans le cadre d’une carte blanche à Elise Vigier.
Les spectacles n’ont pas de date de péremption il semblerait et c’est toujours une bonne nouvelle de voir certains d’entre eux repris des années plus tard pour s’offrir un nouveau souffle, un nouveau public, la possibilité d’un nouveau rapport au monde et déjouer un tant soit peu l’éphémère ancré dans l’identité même de l’art théâtral. Avis aux jeunes donc, à ceux qui n’avaient pas l’âge de voir le spectacle à sa création, en 2011, avis aux moins jeunes bien entendu, qui seraient passés à côté et à ceux qui voudraient le revoir, “Louise, elle est folle” se paie le luxe d’une petite résurrection, trois dates durant, à la MAC. Et l’on ne doute pas que ses deux interprètes pétulantes n’ont rien perdu de leur verve et de leur énergie à toute épreuve.

Frédérique Loliée et Elise Vigier nous entraînent dans une spirale implacable, à la fois irrésistiblement drôle et bigrement inquiétante, celle de la folie ordinaire. Celle qu’on ne soupçonne pas et dont on ne se méfie pas mais qui est belle et bien là, latente, qui couve dans nos modes de vie infernaux et pointe son nez dans nos expressions figées, souvent absurdes, dans nos stéréotypes ancrés. Celle qui s’insinue dans les mots que nous employons, presque malgré nous, qui nous révèle aux autres et nous entraîne sur une pente glissante, vertigineuse, dangereuse peut-être. Si elles forment un duo de comédie impayable, déjà testé dans leur premier opus, “Duetto 5 –Toute ma vie j’ai été une femme”, Frédérique Loliée et Elise Vigier  (membres du Théâtre des Lucioles) n’en sont pas moins trois. L’écrivain Leslie Kaplan est le troisième larron de cette foire à l’empoignade verbale, aux dialogues qui dérapent, au réel qui échappe, à la normalité qui se dissout et part en miettes. Elle a conçu ce texte (son deuxième écrit théâtral et sa deuxième collaboration directe avec les comédiennes) en simultanéité avec le travail de plateau autour d’une réflexion commune explorant différentes pistes telles que les mots, les femmes, la ville et la folie. Louise, personnage fictif qu’on ne voit jamais et dont on ne sait rien, en est le bouc émissaire, la figure de l’autre, de la différence, celle que l’on pointe du doigt et dont on rabroue toute légitimité par une simple phrase lapidaire qui donne son titre au spectacle : “Louise, elle est folle”. On est toujours le fou d’un autre.

Dans une scénographie géométrique et léchée (décors signés Yves Bernard), sur laquelle viennent s’apposer les vidéos puissantes de Romain Tanguy, les deux comédiennes entreprennent une joute verbale insensée, un cheminement sinueux dans le langage quotidien doublé d’un parcours physique qui engage le corps entier et entraîne dans son sillon une collection d’images représentatives de la folie. La prestation de Frédérique Loliée et Elise Vigier surprend par l’amplitude de jeu déployée car si elles démarrent la représentation en badinant, c’est sur un tout autre ton que celle-ci se finit, empreinte d’une gravité insoupçonnée au commencement. On aime la vivacité de leur échange, ce rythme ping-pong qui raye toute psychologie de leurs propos, leur façon d’aller jusqu’au bout de l’extravagance, sans complexe et sans peur. Quant au texte lui-même, s’il démarre sur les chapeaux de roue et nous emporte dans son flux tendu doux-dingue confinant à la poésie à force de traquer la folie dans le verbe, il vrille tant et se dilate à tel point qu’il finit par nous perdre en cours de route et nous laisser flottant et perplexe, sans trop savoir comment rattraper le fil. On sort de ce tourbillon dans un état ambivalent, avec l’impression d’avoir plongé et traversé un labyrinthe verbal alambiqué et percutant mais le léger regret d’une immersion incomplète.

Par Marie Plantin

Louise, elle est folle
Du 16 au 18 mai 2019
A la Maison des Arts de Créteil
1 Place Salvador Allende
94000 Créteil
Réserver cet évènement