Diaporama
vendredi 20 juillet 2018
La Seine s’invite à la Conciergerie
 
Actualités
vendredi 20 juillet 2018
La Ferme du Bonheur en pleine Saison des Grâces
 
Actualités
jeudi 19 juillet 2018
Les Petites Reines à la conquête d’elles-mêmes
 
base

Murmures des murs où comment rêver les yeux ouverts

Dans la lignée d’une programmation qui flirte beaucoup avec une veine circassienne, le 13ème Art programme "Murmures des murs", divagation onirique et fantastique à mi-chemin entre burlesque muet, théâtre d’objet, théâtre visuel et cirque.
Elle a un pedigree à en faire pâlir plus d’un, Aurélia Thierrée. La jeune fille est ce qu’on appelle une enfant de la balle, issue d'une lignée d'artistes hors du commun. Elle est la petite sœur du charismatique danseur et acrobate poétique, James Thierrée, fille de Victoria Chaplin et de Jean-Baptiste Thierrée, papa et maman du cirque Bonjour, devenu le Cirque Imaginaire avant de trouver sa forme finale et actuelle dans "Le Cirque Invisible", succès phénoménal qui a la vertu du tout public et de l'universel, comme les films d'un certain Charlot, tiens tiens, le grand-père ultra célèbre de l'histoire. Car last but not least, cette enfant de saltimbanques est la petite fille du grand Charlie Chaplin. Alors que pouvait-elle faire de mieux sinon se mettre au service d'un art de la scène et de l'image ? Et explorer un théâtre du corps, où le burlesque et la poésie font bon ménage, où la gravité côtoie de tout près le pur merveilleux, où l’inconscient se manifeste via un imaginaire sans borne, libéré du rationnel.

Comme pour ses précédents spectacles, maman Victoria signe la mise en scène et les costumes, somptueux, propices à déployer l'imaginaire. Elle est ce regard extérieur indispensable pour agencer cette mécanique terriblement huilée qui explore justement le délitement de la pensée qui s'éparpille, de la raison qui tombe en miette, du chaos qui prend le dessus sur le monde ordonné. Et Aurélia de promener sa silhouette élastique, son minois de porcelaine et son air ailleurs et charmeur, héroïne hagarde sortie d'un conte de notre enfance.

Tout commence par un déménagement. Une femme dans ses cartons qui n'arrive pas à tourner la page de son passé. Mais on la presse de partir et voilà qu'elle bascule de l'autre côté du miroir, et ce n'est pas elle qui déménage mais sa raison d'une certaine façon. "Murmures des murs" est une exploration du rêve et de la folie, de l'enfance et de l'inconscient, de l'imaginaire et de ses constructions sans queue ni tête, de ses associations surréalistes, de ces monstres gentils et de ses chimères inquiétantes. Ici, les décors sont des personnages à part entière, mouvants, surprenants, ils s'animent, construisent l'illusion, entrent en interaction avec les interprètes (ils sont trois sur le plateau) et imposent leur présence ondoyante. Car les murs qui murmurent dans ce monde-là ne répondent pas aux mêmes lois qu'en ce monde ici-bas, ils se traversent, s'escaladent, se dérobent, apparaissent et disparaissent comme par magie.

Ce spectacle est un rêve éveillé, un mélange de cauchemar et d'enchantement, un voyage initiatique qui, de rencontres en rencontres, mène la demoiselle à la découverte d’elle-même. Aurélia Thierrée, funambule et lunaire, y est fabuleuse de grâce et de solitude éperdue.


Par Marie Plantin

Murmures des murs
Du 30 janvier au 3 février 2018
Au 13ème Art
Centre Commercial Italie 2
2 Place d’Italie
75013 Paris
Réserver cet évènement