Actualités
vendredi 24 mai 2019
La lune sous toutes ses coutures au Grand Palais
 
Actualités
jeudi 23 mai 2019
Les lieux de sorties du canal de l’Ourcq en fête avec le Cri du Canal
 
Actualités
jeudi 23 mai 2019
Le solo multiple de Philippe Decouflé
 
base

Restaurant Les Françaises, cocktails osés et succulentes petites assiettes à partager

Aux Batignolles, on a plus que l’embarras du choix quand il faut passer à table, entre Mamma Primi, Lucky Luciano, Melt, Rooster et Les Françaises, le dernier spot gourmand qui est apparu sur notre radar et a séduit nos papilles. 
Derrière cette adresse nichée dans la rue Legendre, on retrouve un passionné du goût, de la cuisine conviviale, de celle qui se partage. Voilà pourquoi Michael Gautier a imaginé pour ses Françaises, un restaurant chaleureux où l’on se passerait des petites assiettes entre voisins de table et siroterait des cocktails à la forte personnalité nommés en hommage aux illustres femmes françaises.

Le charme des Françaises opère d’ailleurs dès le seuil de la porte avec un accueil des plus amicals, un décor aux couleurs pastels, raffiné mais pas m’as-tu vu, une bande-son soignée et des shots de bienvenue sifflés en un rien de temps ! On n’a pas encore mis les pieds sous la table, qu’on s’y sent déjà bien.
Et ça continue, carte des cocktails et du dîner à la main. La première imaginée par Maxime Fishmann, le mister cocktail des Françaises, laisser parler le génie et l’audace des grandes dames de France (Françoise Sagan, Simone de Beauvoir, Olympe de Gouges…) à travers des créations subtiles et osées qui mêlent des ingrédients plutôt inhabituels comme le sirop de piments jalapeños, le mezcal (alcool d’agave mexicain), le lait de soja ou le sirop de figue habilement dosés et associés.
La seconde carte, celle du dîner, c’est à Filipe Borges qu’on la doit. Passé par les cuisines d’étoilés au Portugal, le jeune chef régale avec ses assiettes, petites, alléchantes et délicates, taillées pour être partagées ! Au menu lors de notre passage (car la carte change chaque mois en fonction des produits de saison) : un bœuf tataki (mariné et juste saisi) finement tranché et fondant à souhait, une “chiffonnade” de gouda à la truffe exquise qui n’a pas fait long feu sur la table, un velouté de courge butternut avec un bon goût de reviens-y, des carottes fanes rôties accompagnées d’une espuma (écume) d’agrumes au poids plume, légère, fraîche et surprenante en bouche. Et si on avait pu, on se serait jeté sur le canard aux poires ou le ceviche de maigre aux clémentines, les plats phare, mais il ne nous restait que peu de place, enfin assez tout de même pour clôturer la savoureuse soirée avec un dessert, car oui, toutes les bonnes choses ont une fin ! 

Ouvert du lundi au samedi, de 18h à minuit et raclette le dimanche
au 87, rue Legendre
75017 Paris

09 83 64 09 10

Cocktails à 12/16 €, verres de vin 6/8 €, petites assiettes 6/10 €, plus grandes assiettes 35/45 €, desserts 9/12 €


Par Rita Carvalho