Diaporama
vendredi 20 juillet 2018
La Seine s’invite à la Conciergerie
 
Actualités
vendredi 20 juillet 2018
La Ferme du Bonheur en pleine Saison des Grâces
 
Actualités
jeudi 19 juillet 2018
Les Petites Reines à la conquête d’elles-mêmes
 
base

Un œil sur le programme de la Nuit des Musées 2018

Visiter un musée la nuit, et sans payer par-dessus le marché, c’est possible une fois par an depuis 14 ans grâce au Ministère de la Culture et de la Communication qui organise chaque année la Nuit Européenne des Musées. Une manifestation unique qui ouvre les portes des plus grands musées de la capitale et de la région parisienne entre autres, en nocturne et en entrée libre.
Vous en rêviez ? Déambuler dans le Louvre jusqu’à minuit, contempler les "Nymphéas" de Monet au Musée de l’Orangerie à la nuit tombée, arpenter les couloirs du Musée de la Chasse et de la Nature quand le Marais est plongé dans la pénombre, vaquer dans Beaubourg jusqu’à 1h du matin, lever la tête vers la verrière du Musée d’Orsay quand le ciel est noir derrière… C’est possible samedi soir, dans la nuit du 19 au 20 mai, dans le cadre de la manifestation unique, populaire et tentaculaire qu’est la Nuit européenne des Musées, un événement à l’échelle du Grand Paris, de la France et de l’Europe et dont la 14ème édition cette année s’inscrit dans le cadre de la programmation de l’Année européenne du Patrimoine Culturel, mise en place par le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne. C’est pourquoi son axe est de mettre en valeur la dimension européenne de l’histoire des arts et des collections des musées, mais également de créer des synergies transfrontalières avec les institutions des pays limitrophes de la France. 

A cette occasion, le public, enfant et adulte, est convié à une multitude d’activités et animations : conférences, concerts, spectacles, projections, visites guidées, parcours ludiques, jeux de piste, ateliers, lectures de contes… On en a retenu quelques-unes qui ont attiré notre attention et aiguisé notre curiosité.

Au Musée Gustave Moreau, la performance du comédien Paul Hamy qui incarnera, au beau milieu des visiteurs, la figure historique et mythique d’Alexandre le Grand tel qu’il apparaît dans le texte de Laurent Gaudé.

Au Musée Yves Saint-Laurent, ce sont sept costumes de music hall, réalisés spécialement par le créateur pour la danseuse Zizi Jeanmaire, qui seront exposés pour l’occasion. Strass, plumes et paillettes, des tenues sublimes, quintessence de la maîtrise absolue d’Yves Saint-Laurent en la matière. Un régal pour le regard.

Au Musée Picasso, en parallèle à l’exposition consacrée à l’histoire de Guernica, tableau emblématique du peintre, une installation de l’artiste Renaud Auguste-Dormeuil met en scène mille bougies qui viendront reproduire le ciel étoilé de la ville de Guernica, la nuit précédant le bombardement du 26 avril 1937.

Un concert de l’Orchestre de Chambre de Paris dans le cadre séculaire de la Crypte Archéologique située sur l’Ile de la Cité, aux pieds de Notre-Dame.

Une projection de films spéciale Préhistoire dans l’Auditorium du Musée de l’Homme et la visite de l’exposition en cours actuellement, “Néandertal”.

Revivre le New-York des années 50 le temps d’un concert jazz au Musée de l’Orangerie.

Un programme de films choisis dans le cadre du 50ème anniversaire de Mai 68 et en écho à l’exposition Chris Marker, dont des ciné-tracts, des films du Groupe Medvedkine, collectif de cinéastes ouvriers.

On note également la première participation de la Conciergerie à la manifestation, qui propose des visites contées de l’exposition “Détournement”, une installation fluviale de Stéphane Thidet qui fait ressurgir des entrailles des murs l’inondation de 1910 suite à la crue de la Seine et invite à s’interroger sur la place du fleuve dans sa traversée de la capitale.

Mais si vous préférez vous promener librement, de salles en salles, au sein des collections permanentes ou des expositions temporaires, à votre guise, c’est possible aussi dans le musée de votre choix. Non seulement les grosses institutions vous ouvrent leurs portes sans couvre-feu, le Louvre, le Centre Georges Pompidou, le Grand et le Petit Palais, le Palais de la Découverte, la Monnaie de Paris, le Musée de l’Orangerie, le Musée du Luxembourg, la Philharmonie, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine, le Musée National des Arts Asiatiques Guimet, le Musée de l’Homme, le Musée d’Art Moderne, le Musée des Arts Décoratifs, la Cinémathèque, l’Institut du Monde Arabe, le Musée Picasso, le Palais Galliera, le Museum National d’Histoire Naturelle, la Fondation Louis Vuitton… mais également des musées plus confidentiels comme le Musée Bourdelle ou le Musée Zadkine, le Musée des Arts et Métiers, de la Chasse et de la Nature, le Musée en Herbe, le Musée de la Vie Romantique, le Musée Gustave Moreau, le Musée Nissim de Camondo, le Musée Cognacq Jay, le Musée Dapper, le Musée Curie, les Archives Nationales… ainsi que les instituts culturels étrangers. Vous avez l’embarras du choix, sachant que la Nuit des Musées s’étend aussi en région parisienne et en province, sans parler des autres pays européens participant à l’opération et faisant de cet événement le symbole fort d’une identité européenne culturelle.

Un seul bémol, étant donné le succès et la gratuité de la manifestation, attendez-vous, dans les musées les plus courus, à ne pas être seuls, et c’est un euphémisme, vous l’aurez compris. Pourquoi justement ne pas profiter de l’occasion pour aller découvrir l’un de ces musées plus discrets que vous ne connaissez pas encore ?


Par Marie Plantin